Géographie du Cameroun - Histoire

Géographie du Cameroun - Histoire

Cameroun

Le Cameroun est situé en Afrique de l'Ouest, bordant le golfe du Biafra, entre la Guinée équatoriale et le Nigeria. Son relief est diversifié, avec une plaine côtière au sud-ouest, un plateau disséqué au centre, des montagnes à l'ouest, des plaines au nord.

Climat: Le climat du Cameroun varie avec le terrain, de tropical le long de la côte à semi-aride et chaud au nord


  • Région : Afrique
  • Population : 25 millions (2018)
  • Superficie : 476 350 kilomètres carrés
  • Capitale : Yaoundé
  • A rejoint le Commonwealth : 1960, après l'indépendance de la Grande-Bretagne
  • Indice de jeunesse du Commonwealth : 45 sur 49 pays

Soutien aux élections

Le Commonwealth a envoyé une équipe pour observer l'élection présidentielle camerounaise en octobre 2018. Le même mois, le Cameroun a participé à la formation de l'Initiative des professionnels des élections du Commonwealth (CEP). Les participants ont appris la planification et le financement des élections, les nouvelles technologies électorales, les nouveaux médias et l'égalité des sexes.

Contrer l'extrémisme violent

Le Secrétariat aide le Cameroun à lutter contre les opinions extrémistes en apportant une aide précoce aux jeunes à risque. L'approche met également l'accent sur le rôle des femmes et aide les ex-délinquants à se réintégrer dans la communauté.

Le Secrétariat a financé une campagne « Non au discours de haine » dans les écoles camerounaises. Il a également donné de l'argent pour former des jeunes à la consolidation de la paix dans les communautés locales.

Éducation

En novembre 2018, le Cameroun a accueilli la formation « Faith in the Commonwealth ». 25 jeunes leaders ont appris à utiliser la pensée critique, la tolérance, le respect et la compréhension pour rassembler des personnes de religions et de cultures différentes.

Échanger

Le Secrétariat a soutenu l'élaboration de la stratégie nationale de commerce électronique du Cameroun.

Charte bleue

Le Cameroun est membre de la Commonwealth Clean Ocean Alliance – le Groupe d'action de la Charte bleue pour lutter contre la pollution marine par les plastiques.


Cameroun - Géographie

Pays d'une superficie d'environ 183 500 miles carrés, le Cameroun est souvent appelé la charnière entre l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale, car il intègre de nombreuses caractéristiques physiques et humaines des deux. Il est de forme à peu près triangulaire, avec un large bassin au sud, où il borde la Guinée équatoriale, le Gabon et la République populaire du Congo (Congo - anciennement, Congo Brazzaville). Le Cameroun forme un coin irrégulier s'étendant vers le nord-est d'un littoral sur le golfe de Guinée, un bras de l'océan Atlantique, jusqu'au lac Tchad, à 700 milles à l'intérieur des terres. Son sommet s'étend dans le lac Tchad à environ 700 milles au nord. Sa limite ouest est bordée par le golfe de Guinée et par le Nigeria. Les voisins de l'Est sont le Tchad et la République centrafricaine.

Le Cameroun est divisé en quatre régions topographiques distinctes. Derrière les marécages et les basses terres généralement appelées zone côtière du sud-ouest, la terre s'élève vers des montagnes et des plateaux s'étendant sur plus de 500 milles à l'intérieur des terres avant de redescendre vers une plaine plate d'élévation modérée dans l'extrême nord. Au sud-ouest, une plaine côtière basse cède la place à l'intérieur des terres à des plateaux couverts de forêts tropicales équatoriales. Au centre du pays, un vaste plateau couvert de savane s'élève à des hauteurs de 4 500 pieds au-dessus du niveau de la mer. L'ouest est une zone de forêts montagneuses et le site du mont Cameroun, un volcan actif, dont la hauteur de pieds 13 350 le marque comme le plus haut sommet de l'Afrique de l'Ouest subsaharienne. La partie nord du pays est constituée d'une savane subaride vallonnée, s'inclinant progressivement vers une plaine inondable marécageuse le long du lac Tchad et des fleuves Chari et Logone.

La végétation naturelle dans la majeure partie du sud et dans la zone côtière du sud-ouest est une forêt tropicale dense et haute à feuilles persistantes. Sur les plateaux sud et sud-ouest, à environ 100 milles de la frontière sud et à égale distance de la côte sud-ouest, la couverture naturelle est un mélange de forêts sempervirentes et de feuillus. Plus à l'intérieur des terres, à environ 5 N de latitude, la couverture naturelle est une savane boisée, un mélange de prairies, d'arbres épars et de parcelles de forêt, ombragée en prairies ouvertes avec moins d'arbres dans les zones encore plus au nord. Une grande partie de la plaine du nord ne produit que des broussailles et des herbes clairsemées, mais il existe des zones contrastées de végétation marécageuse dans les plaines inondables des fleuves Chari et Logone, qui marquent des segments de la frontière nord-est.

Le pays a un littoral de 160 milles sur le golfe de Guinée et environ 2 765 milles de frontière avec six pays : le Nigeria à l'ouest le Tchad et la République centrafricaine (RCA) au nord-est et à l'est et la République populaire du Congo ( Congo anciennement Congo Brazzaville), le Gabon et la Guinée équatoriale au sud. De nombreuses frontières en 1973 ont été tracées à l'origine au cours d'un siècle de compétition pour le territoire entre les puissances coloniales d'Allemagne, de France et de Grande-Bretagne.

La frontière Cameroun-Nigéria s'étend généralement vers le nord-est à partir du littoral sur des milles 1 050 jusqu'à un triple point du lac Tchad, au cœur du centre-nord de l'Afrique. Divers segments ont été créés à l'origine par des accords entre d'anciennes puissances coloniales ou par des décisions unilatérales du gouvernement britannique, qui contrôlait des zones des deux côtés de cette frontière jusqu'après la Seconde Guerre mondiale.

Près de la côte, certaines sections sont marquées par un terrain accidenté et des forêts denses, mais il existe également de nombreuses zones où les voyageurs à pied peuvent facilement traverser. Plus à l'intérieur des terres, les déplacements ne sont généralement pas difficiles dans les savanes herbeuses et les forêts claires qui marquent les parties centrales de la frontière, même si certains segments sont marqués par des montagnes d'altitude modérée.

Quatre régions vaguement définies fournissent un cadre descriptif utile : les plaines du nord, les plateaux du centre et du sud, les hautes terres et montagnes de l'ouest et les basses terres le long de la côte.

Plaines du Nord

La zone la plus septentrionale du pays s'étend jusqu'au lac Tchad, où se croisent les frontières du Nigeria, du Tchad et du Cameroun. L'étroit col de territoire au sud du lac fait partie d'un bassin intérieur peu profond, large de plusieurs centaines de kilomètres, qui s'étend dans toutes les directions depuis le lac Tchad. De vastes zones de collines basses et ondulées portent peu de végétation sur leurs sols minces, d'autres zones sont plates, marquées ici et là par des affleurements épars ou des collines de roches résistantes s'élevant au-dessus du niveau général d'érosion. A l'ouest de Maroua, les monticules rocheux épars et les crêtes mineures sont plus nombreux, s'élevant vers l'ouest vers des collines et des crêtes allongées. Plateaux central et méridional

Le plateau de l'Adamaoua, situé entre 7 N et 9 N de latitude, s'étend de la frontière est à la frontière ouest du Cameroun à des altitudes qui dépassent partout les 3 000 pieds au-dessus du niveau de la mer et en moyenne environ 4 500 pieds. Les caractéristiques de surface dans les parties centrales de ce haut plateau comprennent de petites collines ou des monticules coiffés de granit ou de gneiss résistant à l'érosion. Le long des frontières occidentales et, dans une moindre mesure, orientales, d'anciennes éruptions de fissures et de volcans ont recouvert de lave des milliers de kilomètres carrés de granit sous-jacent.

Au sud du plateau de l'Adamaoua commence une série de plateaux inférieurs qui s'étendent dans la plupart des provinces du centre-sud et de l'est à des altitudes moyennes d'environ 3 000 pieds, mais descendant progressivement vers le sud jusqu'à la frontière et vers l'ouest vers une série de terrasses menant vers la plaine côtière. Les surfaces de ces vastes plateaux méridionaux sont principalement des mélanges de granit ancien et de roche sédimentaire. Les sols sont peu profonds dans la plupart des régions et, pour la plupart, ont été formés à partir du granite sous-jacent.

Hautes Terres de l'Ouest

Les montagnes du Cameroun, la plus haute chaîne du pays, s'étendent vers le sud-est de la zone frontalière Cameroun-Nigéria à environ 7° de latitude nord jusqu'au mont Cameroun sur la côte. La principale chaîne de montagnes et les hautes terres de ses versants est et ouest ont été construits par l'activité volcanique associée à une série de failles dans les sous-structures granitiques sous-jacentes au continent africain.

Tous les anciens volcans de ce complexe s'étaient affaissés avant l'aube de l'histoire, à l'exception du mont Cameroun, qui a été actif à quatre reprises au cours de ce siècle : 1909,1922,1954 et 1959. En 1922 et 1959, de la lave en fusion a coulé sur plusieurs kilomètres. , détruisant les plantations sur les pentes inférieures. La montagne est un complexe de plusieurs fissures et cônes connectés, dont l'un atteint 13 350 pieds au-dessus du niveau de la mer, soit plus de la moitié de la hauteur de tout autre sommet du pays. Ailleurs dans les montagnes du Cameroun, les altitudes varient entre 5 500 et 8 000 pieds.

D'autres chaînes d'altitude inférieure se trouvent au nord, près de la frontière occidentale de la province du Nord. Les plus importantes d'entre elles sont les montagnes d'Alantika, qui marquent la frontière sur une courte distance à environ 8,30' de latitude N, et les collines de Mandara, qui s'étendent vers le nord depuis la ville de Garoua et la rivière Benoue jusqu'à environ 11 ° de latitude N. .

Zone côtière

La majeure partie de la zone côtière est une zone plate de sols sédimentaires qui fait face au golfe de Guinée sur environ 160 milles. Il mesure moins de vingt milles de large dans la majeure partie de la zone au nord-ouest du mont Cameroun, qui sépare la plaine côtière du nord-ouest des basses terres plus larges de la zone côtière centrale. Autour de Douala, les basses terres s'étendent à l'intérieur des terres jusqu'à cinquante milles, se rétrécissant à cinq milles plus au sud. Le long de ses bords vers la mer, le segment central de la zone côtière est une série de nombreux deltas contigus.

De nombreux cours d'eau, alimentés par de fortes pluies pendant la majeure partie de l'année dans la zone côtière et les plateaux et montagnes adjacents, continuent d'étendre les deltas avec des débris d'érosion. Près de leur embouchure, les grands fleuves, en partie obstrués par ces débris, se divisent en de nombreux chenaux paresseux. Les différents estuaires sont des complexes enchevêtrés de ces canaux et sont également alimentés par de petits ruisseaux locaux.

Près de la côte, les deltas plus anciens et les marécages plats sont couverts de mangroves et d'autres végétations marécageuses. De ces plaines côtières, les plaines s'élèvent très progressivement jusqu'à environ 300 pieds au-dessus du niveau de la mer. À peu près à ce niveau, une augmentation relativement abrupte de la pente marque la première de plusieurs marches, ou bancs, menant vers les plateaux intérieurs.

Modèles de drainage

La plupart des eaux de ruissellement du Cameroun finissent par s'écouler vers l'ouest jusqu'à l'océan Atlantique, en grande partie par des routes détournées et par le biais de systèmes fluviaux externes, tels que le Niger et le Congo. Trois lignes de crêtes principales de bassin versant divisent le pays : le plateau central de l'Adamaoua, une ligne de crête nord-sud mal définie dans la province orientale et les montagnes du Cameroun.

Les rivières de la Province du Nord, où se produisent des saisons humides et sèches annuelles, présentent des fluctuations saisonnières importantes de volume. Pratiquement toutes les rivières des six autres provinces transportent un débit important pendant la majeure partie de l'année. ruisseaux du nord.

L'extrême nord est une zone complexe et relativement plate de bassins intérieurs qui n'ont aucun débouché sur la mer. Les systèmes fluviaux du Logone et du Chari le long de la frontière nord-est inondent chaque année une vaste zone avant de se jeter dans le lac Tchad, le principal bassin intérieur de cette partie du continent. La plupart de ces eaux de crue ne sont pas collectées localement mais ont été amenées de zones à fortes précipitations plus au sud dans l'est du Cameroun, en RCA et au Tchad. La plupart des autres rivières du nord ne coulent que pendant la moitié pluvieuse de l'année et disparaissent dans les sables et les marécages d'autres bassins intérieurs peu profonds.

Une partie des eaux de ruissellement provenant du plateau de l'Adamaoua s'écoule vers le nord dans les affluents supérieurs de la rivière Benoue, qui serpente à travers la frontière occidentale et rejoint le Niger, le principal fleuve du Nigeria. Par le biais de plusieurs affluents, le Niger reçoit également un flux important des montagnes du Cameroun et des hautes terres associées dans les provinces du nord-ouest et du sud-ouest.

Divers cours d'eau provenant de la partie sud du plateau de l'Adamaoua se jettent dans la Sanaga, le plus grand fleuve du sud-ouest du pays. Cette rivière recueille également un énorme débit provenant des zones de fortes précipitations sur les pentes orientales des montagnes du Cameroun et canalise ce ruissellement important dans l'océan Atlantique au sud de Douala. Trois autres grands fleuves, le Wouri, le Dibamba et le Nyong, alimentent également le complexe enchevêtré de deltas de la côte atlantique centrale. Plus au sud, près des frontières avec la Guinée équatoriale et le Gabon, le bassin versant de la rivière Campo s'étend à l'intérieur des terres sur environ 200 milles.

Les rivières Sanaga et Nyong collectent les eaux de ruissellement de certaines parties de la province orientale, mais la majeure partie de cette zone forestière très humide est drainée par divers affluents de la rivière Sangha, qui marque sur une courte distance la frontière avec le Congo, puis se jette vers le sud dans le Fleuve Congo.


Le Cameroun est un pays d'Afrique centrale et parfois confondu avec un pays d'Afrique de l'Ouest en raison de sa position sur la carte.

Culturellement diversifié et doté de liens puissants, il y a tellement de faits amusants sur cette nation - certains que nous avons choisi de partager ici.

Nous aimerions que vous vous joigniez au plaisir de révéler les nombreuses surprises que le Cameroun a à offrir - veuillez laisser un commentaire ci-dessous

12. Le Cameroun a beaucoup de sources thermales

Les sources thermales peuvent être trouvées dans tout le Cameroun. Cela peut être attribué aux activités volcaniques actuelles ou antérieures, en particulier autour de la frontière occidentale du pays.

C'est là que se trouve le mont Cameroun, la plus grande montagne d'Afrique subsaharienne, et où des éruptions de dôme ont eu lieu dans le passé.

Les sources thermales sont situées à Ngaoundéré, au Mont Cameroun et dans la région de Manengoumba, au lac Moundou. Les sources thermales sont des sources d'énergie potentielles qui peuvent être utilisées pour le gaz et produisent jusqu'à 21% de ce dont le pays a besoin.

11. La rivière Sanaga est la plus longue du Cameroun, et elle n'est pas navigable

La rivière Sanaga est le plus long fleuve du Cameroun. Il s'étend sur 918 km et couvre les provinces du sud, de l'ouest et du centre du pays. Il prend sa source à la base du plateau de l'Adamawa et se jette dans l'océan Atlantique.

Cependant, il n'est pas navigable à cause des chutes et des rapides qui caractérisent le fleuve autour d'Edéa et au nord de Yaoundé. Il peut être utilisé à des fins hydroélectriques.

Les affluents de la Sanaga sont les rivières Vina, Lom, Meng, Mbam et Noun. D'autres fleuves importants sont le Benue et le Nyong.

10. Le Cameroun était une colonie allemande connue sous le nom de Kamerun

Avant la Première Guerre mondiale, la grande majorité du Cameroun était une colonie africaine de l'Empire allemand entre les années 1884 et 1916.

A cette époque, il était connu sous le nom de Kamerun - c'était le nom allemand qui lui était donné. Les Allemands ont ensuite été vaincus et le Cameroun a été confié à la Grande-Bretagne et à la France.

9. Les Camerounais pauvres dépendent de l'agriculture de subsistance pour vivre

L'agriculture de subsistance joue un rôle essentiel dans la vie des Camerounais pauvres. Travaillant leur lopin de terre pour nourrir leur famille avec peu ou rien à vendre, le pauvre Camerounais trouve un moyen de survivre à la pauvreté.

De nombreux facteurs économiques, politiques, sociaux et financiers entravent l'expansion de leurs exploitations. Pourtant, les agriculteurs de subsistance bénéficient des traits positifs des relations locales, écologiques et sociales.

8. Paul Biya est président depuis 1982

Paul Biya est président du Cameroun depuis le 6 novembre 1982. Il a succédé à Ahmadou Ahidjou qui dirigeait le pays depuis 1960. Biya a résisté aux tempêtes de la présidence et est toujours aussi fort après 35 ans.

Pendant ce temps, il a survécu à un complot de coup d'État en 1984, s'est occupé du multipartisme, des insurgés terroristes et d'une série de crises économiques et de grèves civiles.

7. Premier pays africain à se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe du monde de football

En 1990, le Cameroun est devenu le premier pays africain à atteindre les quarts de finale de la Coupe du monde de football. Les Lions Indomptables sont entrés dans l'histoire lorsque le footballeur vedette Roger Milla, à 38 ans, a mené son équipe à la victoire en marquant deux buts en prolongation contre la Colombie. Les Lions Indomptables du Cameroun sont toujours l'une des plus grandes équipes de football africaines.

6. Il est connu pour les bananes, le coton, les graines oléagineuses, le cacao et le café

Le Cameroun est connu pour ses cultures de rente de café, coton, bananes, oléagineux et cacao. Le Cameroun est l'un des plus grands producteurs de café au monde. 130 000 tonnes des variétés Robusta et Arabica ont été produites en 2004.

Les bananes cultivées dans le Sud-Ouest et une partie du coton du pays sont vendues à l'international. Le coton restant est utilisé dans la production textile.

5. Certaines des terres les plus fertiles au monde se trouvent au Cameroun

Le Cameroun est doté de certaines des terres les plus fertiles du monde. Avant la découverte du pétrole, l'agriculture était la principale source de revenus et de devises.

Il joue toujours un rôle majeur dans l'économie, l'industrie employant 70 % de la main-d'œuvre du pays, fournissant 42 % du produit intérieur brut et générant 30 % des revenus d'exportation. Certaines des cultures produites couvrent à la fois les cultures de rente et les cultures vivrières.

4. Le parc national de Waza est une destination très populaire

Le parc national de Waza au Cameroun est l'un des endroits les plus visités du pays. Situé dans la région du Nord du Cameroun, il a d'abord été une réserve de chasse en 1934 avant de devenir un parc national en 1968.

Il abrite 30 espèces de mammifères, dont le bubale, le guépard du Soudan, le cobe, les lions et les éléphants de brousse africains. Il abrite également la rare girafe du Kordofan.

Les oiseaux trouvés dans le principal site touristique du pays comptant 379 espèces comprennent l'autruche, le grand pélican blanc, le grand aigle tacheté, le canard marbré, le cerf-volant à queue de ciseaux, les oiseaux aquatiques et bien d'autres.

3. Environ 230 langues parlées en plus du français et de l'anglais

230 autres langues sont parlées dans la région du Cameroun en dehors de ses langues officielles – le français et l'anglais. Les langues peuvent être classées en sept groupes, le plus important est le Niger-Congo où 169 langues sont parlées.

Benue-Congo avec 142 langues, et la variation de la langue bantoue en prend 130. Il existe 55 langues afro-asiatiques, quatre langues oubanguies, 28 langues adamawa, deux nilo-sahariennes et une langue sénégambienne.

2. L'un des endroits/pays les plus humides de la Terre

Le Cameroun reçoit de nombreuses précipitations chaque année, ce qui en fait l'un des endroits les plus humides de la planète. Debundscha au Cameroun est en fait le sixième endroit le plus humide de la planète avec des précipitations de 10 299 mm.

Il a une longue saison des pluies et une courte saison sèche en raison de sa proximité avec l'équateur et le Mont Cameroun juste derrière. La montagne empêche les nuages ​​de pluie d'aller ailleurs, par conséquent, il pleut beaucoup.

1. Riche en diversité géographique et culturelle

En raison de la diversité géographique et culturelle du Cameroun, il est souvent désigné comme « l'Afrique en miniature » et comme « la charnière de l'Afrique ». Il a également tous les systèmes climatiques et écologiques représentés dans le pays.

Diverses dans la langue et la culture ainsi, de nombreuses revendications ont à voir avec sa relation spéciale avec l'Europe, mais peu importe, c'est une nation unique et riche.


39 Faits intéressants sur le Cameroun

1. Le Cameroun est un pays d'Afrique centrale. Les autres pays d'Afrique centrale sont l'Angola, la République centrafricaine, le Tchad, la République démocratique du Congo, la République du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, São Tomé et Príncipe.

2. Le 1er janvier 1960, le Cameroun est devenu un indépendant république.

3. Le Cameroun a atteint Membres de l'ONU le 20 septembre 1960.

4. Il y a plus de 1700 différents groupes linguistiques à la campagne. Et 230 autres langues sont parlées dans la région en dehors de sa langues officielles – français et anglais.

5. Le pays reçoit de nombreuses précipitations chaque année, ce qui en fait l'un des endroits les plus humides sur Terre.

6. En raison de la diversité géographique et culturelle du pays, il est souvent appelé « L'Afrique en miniature » et comme « la charnière de l'Afrique ».

7. Sources thermales peuvent être trouvés dans tout le pays.

8. Selon le CIA Fact Book, le VIH/SIDA a causé environ 34 200 décès au Cameroun en 2014.

9. En 2014, le chômage le taux au Cameroun a été estimé à 4%.

10. Les exportations de pétrole contribuent à 40 % du total recettes d'exportation du pays.

11. Le Mont Cameroun est le point le plus haut dans le pays à 13 500 pi.

12. Le pays regorge également de réserves de gaz naturel.

13. Vous serez peut-être surpris d'apprendre que c'est (le Mont Cameroun) aussi le seul volcan actif à la campagne. Il a éclaté pour la dernière fois en 2012.

14. Et il y a environ 500 000 personnes vivant près du volcan dans trois villes principales de Limbe, Buea et Muyuka.

15. La rivière Sanaga est la rivière la plus longue au Cameroun. Cependant, il n'est pas navigable. D'autres fleuves importants sont le Benue et le Nyong.

16. Il y a deux centrales hydroélectriques sur les rives de la rivière Sanaga.

17. Avant la Première Guerre mondiale, la grande majorité du pays était une colonie allemande. A cette époque, on l'appelait Kamerun.

18. La zone était nommé “Rio dos Camarões” par les explorateurs portugais après leur arrivée sur la côte au XVe siècle.

19. Le pays a été officiellement nommé République-Unie du Cameroun en 1972 et République du Cameroun en 1984.

20. Saviez-vous que chaque variété de la faune et la flore qui est disponible en Afrique tropicale se trouve également au Cameroun ? Il abrite au moins 409 espèces de mammifères et 165 espèces d'oiseaux.


Gouvernement du Cameroun, Histoire, Population & Géographie

Environnement—accords internationaux :
partie à : Biodiversité, Changement climatique, Désertification, Espèces menacées, Droit de la mer, Protection de la couche d'ozone, Bois tropicaux 83, Bois tropicaux 94
signé, mais non ratifié : Interdiction des essais nucléaires

Géographie&# 151 : parfois appelée la charnière de l'Afrique

Population: 15 029 433 (est. juillet 1998)

Pyramide des ages:
0-14 ans : 46 % (hommes 3 468 861 femmes 3 436 814)
15-64 ans : 51 % (hommes 3 795 748 femmes 3 829 824)
65 ans et plus : 3 % (hommes 224 881 femmes 273 305) (estimation juillet 1998)

Taux de croissance de la population: 2,81 % (est. 1998)

Taux de natalité: 42,06 naissances/1 000 habitants (est. 1998)

Taux de mortalité: 13,96 décès/1 000 habitants (est. 1998)

Taux de migration nette : 0 migrant(s)/1 000 habitants (est. 1998)

Rapport de masculinité :
à la naissance: 1,03 homme(s)/femme
moins de 15 ans : 1 homme(s)/femme
15-64 ans : 0.99 homme(s)/femme
65 ans et plus : 0,82 homme(s)/femme (est. 1998)

Taux de mortalité infantile: 76,88 décès/1 000 naissances vivantes (est. 1998)

L'espérance de vie à la naissance:
population totale: 51,44 ans
Masculin: 49,9 ans
femelle: 53,03 ans (est. 1998)

Taux de fécondité total: 5,86 enfants nés/femme (est. 1998)

Nationalité:
nom: Camerounais(s)
adjectif: camerounais

Groupes ethniques: Cameroun Highlanders 31 %, Bantous équatoriaux 19 %, Kirdi 11 %, Peuls 10 %, Bantous du nord-ouest 8 %, Nigritique oriental 7 %, autres Africains 13 %, non-africains moins de 1 %

Religions : croyances indigènes 51%, Chrétien 33%, Musulman 16%

Langues : 24 grands groupes linguistiques africains, anglais (officiel), français (officiel)

L'alphabétisation:
définition: 15 ans et plus savent lire et écrire
population totale: 63.4%
Masculin: 75%
femelle: 52,1 % (estimation 1995)

Nom du pays:
forme conventionnelle longue : République du Cameroun
forme conventionnelle courte : Cameroun
ancien: Cameroun français

Type de gouvernement : république unitaire régime présidentiel multipartite (partis d'opposition légalisés en 1990)

Capitale nationale: Yaoundé

Divisions administratives: 10 provinces Adamaoua, Centre, Est, Extrême-Nord, Littoral, Nord, Nord-Ouest, Ouest, Sud, Sud-Ouest

Indépendance: 1er janvier 1960 (de tutelle de l'ONU sous administration française)

Fête nationale: Fête nationale, 20 mai (1972)

Constitution: 20 mai 1972

Système légal: basé sur le système de droit civil français, avec une influence de droit commun n'accepte pas la juridiction obligatoire de la CIJ

suffrage : 21 ans universel

Branche exécutive:
chef d'état: Président Paul BIYA (depuis le 6 novembre 1982)
chef du gouvernement: Premier ministre Peter Mafany MUSONGE (depuis le 19 septembre 1996)
cabinet: Cabinet nommé par le président
élections: président élu par le vote populaire pour un mandat de sept ans dernière élection le 12 octobre 1997 (prochaine date en octobre 2004) premier ministre nommé par le président
Résultats des élections: Le président Paul BIYA a réélu pour cent des voix—Paul BIYA 93% note - les partisans des candidats de l'opposition ont boycotté les élections, rendant la comparaison des parts de vote relativement dénuée de sens

Branche législative : Assemblée nationale monocamérale ou Assemblée nationale (les membres de 180 sièges sont élus au suffrage universel direct pour des mandats de cinq ans, note le président peut allonger ou raccourcir le mandat de la législature)
élections: dernière date le 11 mai 1997 (prochaine date NA 2002)
Résultats des élections: pourcentage des votes par parti—NA sièges par parti—CDPM 109, SDF 43, PNUD 13, UDC 5, UPC-K 1, MDR 1, MLJC 1 note׭ les sièges contestés seront pourvus lors d'une élection à un moment à définir par la Cour suprême
Remarque: la constitution prévoit une chambre haute pour la législature, appelée Sénat, qui, selon le gouvernement, sera établie en 1998

Branche judiciaire: Cour suprême, les juges sont nommés par le président

Partis politiques et dirigeants : Mouvement Démocratique du Peuple Camerounais ou RDPC (contrôlé par le gouvernement et le seul parti jusqu'à la légalisation des partis d'opposition en 1990) [Paul BIYA, président]
principaux partis d'opposition : Union Démocratique Camerounaise ou UDC [Adamou NDAM NJOYA] Mouvement pour la Défense de la République ou MDR [Dakole DAISSALA, leader] Mouvement pour la Jeunesse du Cameroun ou MLJC [ Marcel YANDO, leader] Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès ou PNUD [Maigari BELLO BOUBA, président] Front Social Démocratique ou SDF [John FRU NDI, leader] Union des Populations Camerounaises ou UPC [Augustin Frédéric KODOG, leader] Union des Forces Démocratiques Camerounaises ou UFOC [Victorin Hameni BIELEU]

Groupes de pression politique et dirigeants : Alliance for Change ou FAC Cameroon Anglophone Movement ou CAM [Vishe FAI, secrétaire général]

Participation d'organisations internationales : ACCT, ACP, BAD, BDEAC, C, CCC, CEEAC, CEA, FAO, FZ, G-19, G-77, AIEA, BIRD, OACI, ICC, CISL, ICRM, IDA, BID, FIDA, IFC, IFRCS, OIT, FMI, OMI, Inmarsat, Intelsat, Interpol, COI, UIT, NAM, OUA, OCI, APC, UDEAC, ONU, CNUCED, UNESCO, ONUDI, UNITAR, UPU, WCL, FSM, OMS, OMPI, OMM, OMT, WTrO

Représentation diplomatique aux USA :
chef de mission : Ambassadeur Jérôme MENDOUGA
chancellerie : 2349 Massachusetts Avenue NW, Washington, DC 20008
Téléphone: [1] (202) 265-8790 à 8794

Représentation diplomatique des États-Unis :
chef de mission : Ambassadeur Charles H. TWINING
ambassade: Rue Nachtigal, Yaoundé
Adresse postale: B. P. 817, Pochette Yaoundé : Ambassade américaine DOS, Washington, DC 20521-2520
Téléphone: [237] 23-40-14, 23-05-12
FAX: [237] 23-07-53

Description du drapeau : trois bandes verticales égales de vert (côté mât), de rouge et de jaune avec une étoile jaune à cinq branches centrée dans la bande rouge utilise les couleurs panafricaines populaires d'Éthiopie

Aperçu de l'économie : En raison de ses ressources pétrolières et de ses conditions agricoles favorables, le Cameroun possède l'une des économies de matières premières les mieux dotées en Afrique subsaharienne. Pourtant, il est confronté à de nombreux problèmes graves auxquels sont confrontés d'autres pays sous-développés, tels qu'une fonction publique très lourde et un climat généralement défavorable aux entreprises. Le développement du secteur pétrolier a conduit à une croissance économique rapide entre 1970 et 1985. La croissance s'est arrêtée brutalement en 1986, précipitée par la chute brutale des prix des principales exportations : pétrole, café et cacao. Les recettes d'exportation ont été réduites de près d'un tiers et les inefficacités de la gestion budgétaire ont été mises en évidence. Depuis 1990, le gouvernement s'est lancé dans divers programmes du FMI et de la Banque mondiale conçus pour stimuler l'investissement des entreprises, accroître l'efficacité de l'agriculture, améliorer le commerce et recapitaliser les banques du pays. Le gouvernement, cependant, n'a pas réussi à faire avancer vigoureusement ces programmes. Le dernier accord d'ajustement structurel renforcé a été signé en octobre 1997, les parties espèrent qu'il sera plus fructueux, mais la mauvaise gestion du gouvernement reste un problème. L'inflation, qui avait atteint 48 % après la dévaluation de 1994, a été maîtrisée. Les progrès vers la privatisation de l'industrie d'État restante restent lents. Le nouveau gouvernement du président BIYA de décembre 1997 a remplacé les anciens de la structure gouvernementale de contrôle économique par des technocrates prometteurs.

PIB : parité de pouvoir d'achat de 30,9 milliards de dollars (estimation 1997)

PIB&# 151taux de croissance réel : 5% (estimation 1997)

PIB—par habitant : parité de pouvoir d'achat—$2,100 (1997 est.)

Composition du PIB par secteur :
agriculture: 32%
industrie: 27%
prestations de service: 41 % (estimation 1995)

Taux d'inflation et indice des prix à la consommation : 3% (estimation 1997)

Taux de chômage: N / A%

Budget:
revenus : 2,23 milliards de dollars
dépenses : 2,23 milliards de dollars, y compris les dépenses en capital de $NA (FY96/97 est.)

Les industries: production et raffinage du pétrole, transformation des aliments, biens de consommation légers, textiles, bois d'œuvre

Taux de croissance de la production industrielle : N / A%

Électricité/capacité : 627 000 kW (1995)

Production d'électricité : 2,715 milliards de kWh (1995)

Consommation d'électricité par habitant : 201 kWh (1995)

Produits agricoles— : café, cacao, coton, caoutchouc, bananes, graines oléagineuses, céréales, amidons de racines bois d'élevage

Exportations:
Valeur totale: 1,9 milliard de dollars (f.a.b., 1996)
marchandises : pétrole brut et produits pétroliers, bois d'œuvre, fèves de cacao, aluminium, café, coton
les partenaires: UE (en particulier la France, l'Italie et l'Espagne) environ 60%, pays africains, Corée, Taïwan et Chine

Importations:
Valeur totale: 1,5 milliard de dollars (f.a.b., 1996)
marchandises : machines et équipements électriques, alimentation, biens de consommation, matériel de transport, produits pétroliers
les partenaires: UE (France 40 %), pays africains, États-Unis 7 %

Dette—externe : 10 milliards de dollars (estimation 1996)

Aide économique : La France a signé deux accords de prêt d'un montant total de 55 millions de dollars en septembre 1997 et le Club de Paris a accepté en octobre 1997 de réduire la dette publique de 50 % et de la rééchelonner à des conditions favorables avec une consolidation des paiements dus jusqu'en 2000

Monnaie: 1 franc de la Communauté Financière Africaine (FCFA) = 100 centimes

Taux d'échange: Francs CFA (FCFA) pour 1 $ US (janvier 1998), 583,67 (1997), 511,55 (1996), 499,15 (1995), 555,20 (1994), 283,16 (1993)
Remarque: à compter du 12 janvier 1994, le franc CFA a été dévalué à 100 FCFA par franc français contre 50 FCFA auquel il était fixé depuis 1948

Exercice fiscal: 1er juillet㬚 juin

Téléphones : 36 737 (est. 1991)

Système téléphonique : disponible uniquement pour les entreprises et le gouvernement
national: câble, relais radio micro-ondes et diffusion troposphérique
international: stations satellites terriennesר Intelsat (océan Atlantique)

Stations de radio : AM 11, FM 11, ondes courtes 0

Radios : 2 millions (est. 1993)

Stations de télédiffusion : 1 (1997)

Les chemins de fer:
le total: 1 104 km
voie étroite : 1 104 km à l'écartement de 1 000 m (est. 1995)

Autoroutes :
le total: 34 300 km
pavé: 4 288 km
non pavé: 30 012 km (estimation 1995)

Voies navigables : 2 090 km d'importance décroissante

Ports et havres : Bonabéri, Douala, Garoua, Kribi, Tiko

Marine marchande :
le total: 2 cargos (1 000 GRT ou plus) totalisant 24 122 GRT/33 509 TPL (est. 1996)

Aéroports : 52 (est. 1997)

Aéroports—avec pistes pavées :
le total: 11
plus de 3 047 m : 2
2 438 à 3 047 m : 4
1 524 à 2 437 m : 3
914 à 1 523 m : 1
moins de 914 m : 1 (est. 1997)

Aéroports—avec des pistes non pavées :
le total: 41
1 524 à 2 437 m : 8
914 à 1 523 m : 19
moins de 914 m : 14 (est. 1997)

Branches militaires : Armée, Marine (y compris l'Infanterie de Marine), Armée de l'Air, Gendarmerie Nationale, Garde Présidentielle

Effectifs militaires—âge militaire : 18 ans

Disponibilité de la main-d'œuvre militaire :
hommes âgés de 15 à 49 ans : 3 287 626 (est. 1998)

Effectifs militaires & 151 aptes au service militaire :
mâles: 1 663 852 (est. 1998)

Effectifs militaires pour atteindre l'âge militaire chaque année :
mâles: 160 640 (est. 1998)

Dépenses militaires/chiffre en dollars : 102 millions de dollars (exercice 93/94)

Dépenses militaires/ pour cent du PIB : N / A%

Litiges—international : la démarcation des frontières internationales à proximité du lac Tchad, dont l'absence a conduit à des incidents frontaliers dans le passé, est achevée et attend la ratification par le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Nigéria différend avec le Nigéria sur les frontières terrestres et maritimes à proximité du Bakasi Peninsula has been referred to the ICJ with a ruling expected in 1998


Géographie

Situated on the west coast of Africa, Cameroon is bordered to the west by the Gulf of Guinea, to the northwest by Nigeria, to the northeast by Chad (with Lake Chad at its northern tip), to the east by the Central African Republic and to the south by Congo-Brazzaville (Republic of the Congo), Gabon and Equatorial Guinea.

The far north of the country is a semi-desert broadening into the vast Maroua Plain, with game reserves and mineral deposits. This is bordered to the west by the lush Mandara Mountains the Benue River rises here and flows westwards into the Niger.

The country to the northwest is particularly striking: volcanic peaks covered by bamboo forest rise to over 2,000m (6,500ft), with waterfalls and villages scattered over the lower slopes. Further to the south and west are savannah uplands, while dense forest covers the east and south. The highest peak, at 4,095m (13,434ft) is Mount Cameroon, which lies close to the coast. The humid coastal strip is tropical, with a mixture of rainforest and farmland.

The River Wouri, which flows southwest into the Gulf of Guinea, inspired the country's name after 15th-century Portuguese sailor Fernando Po's spoke of the Rio dos Cameroes (river of shrimps).


POPULATION

The population of Cameroon in 2005 was estimated by the United Nations (UN) at 16,380,000, which placed it at number 58 in population among the 193 nations of the world. In 2005, approximately 3% of the population was over 65 years of age, with another 44% of the population under 15 years of age. There were 99 males for every 100 females in the country. According to the UN, the annual population rate of change for 2005 – 2010 was expected to be 2.3%, a rate the government viewed as too high. The government planned to address the high birth rate, which averages five per woman, with only about 7% of women using contraception. The projected population for the year 2025 was 22,440,000. The population density was 34 per sq km (89 per sq mi).

The UN estimated that 48% of the population lived in urban areas in 2005, and that urban areas were growing at an annual rate of 2.74%. The capital city, Yaound é , had a population of 1,616,000 in that year. Douala had a metropolitan population of 1,980,000. Other cities and their estimated populations include Garoua (425,000), Maroua (299,600), and Bafoussam (242,000).

The prevalence of HIV/AIDS has had a significant impact on the population of Cameroon. The UN estimated that 11.8% of adults between the ages of 15 – 49 were living with HIV/AIDS in 2001. The AIDS epidemic causes higher death and infant mortality rates, and lowers life expectancy.


Republic of Cameroon | Republique du Cameroun

Fond:
The name Cameroon is derived from the Portuguese word, Camaroes, meaning shrimps. As Portuguese sailor Ferdanando Poo arrived in 1472 at the Wouri river in Douala and discovered so many shrimps in the river he decided to call it Rio Dos Camaroes (River of shrimps, in Portuguese). It was from this word that the territory derived its name which is now spelt in various forms: Spanish spelt it Cameroes Germans, Kamerun English, Cameroon and French, Cameroun.

The territory was colonized by the Germans in 1884 but after the end of the First World War Cameroon was mandated by the League of Nations to the French and British governments. France took the greater sector, formally known as East Cameroon, while Britain took responsibility over former West Cameroon known then as "Cameroon under British Administration".

On January 1st 1960 the French Sector became independent under the new name of Cameroon Republic. Following agitation for independence by the Southern Cameroons - before the name was changed to West Cameroon - a plebiscite was held in that sector of Cameroon on February 11th 1961 under the United Nations supervision. The result of the plebiscite was overwhelming for reunification (233,571 against 97,741) and gave Southern Cameroon automatic independence and unification, which was achieved on 1 October 1961. Thus after the reunification of both sectors, the Federal Republic of Cameroon was born.

After a referendum in May 1972, Cameroon became a United Republic and by a Presidential Decree of 1984 it became the Republic of Cameroon.
(Source: Cameroon Embassy in the Netherlands)

Temps:
Local Time = UTC +1h
Temps réel : Mon-June-21 17:23

Capitale: Yaounde (pop. 1.1 million)

Autres villes: Douala, major seaport and commercial capital (1.3 million), Garoua (424,312), Maroua (409,546), Bafoussam (319,457), Bamenda (321,490), Nkongsamba (166,262), and Ngaoundere (216,300).


Gouvernement:
Republic with a strong central government dominated by president.
Independence: 1 January 1960 (for areas formerly ruled by France) and
1 October 1961 (for territory formerly ruled by Britain).
Constitution: 2 June 1972, last amended in January 1996.

Géographie:
Location: Central West Africa bordering the Bight of Biafra (part of the Gulf of Guinea and the Atlantic Ocean)
Area: 475,650 km² (183,650) sq. mi.).
Terrain: Northern plains, central and western highlands, southern and coastal tropical forests. Highest peak: Mt. Cameroon (13,353 ft.).

Climat: Northern plains, the Sahel region--semiarid and hot (7-month dry season)
Central and western highlands where Yaounde is located--cooler, shorter dry season southern tropical forest--warm, 4-month dry season Coastal tropical forest, where Douala is located--warm, humid year-round.

Personnes:
Nationality: Cameroonian(s) French noun and adjective--Camerounais(e).
Population (2016): 24 million
Ethnic groups: About 250.
Religions: Christian 53%, Muslim 22%, indigenous African 25%.
Languages: French and English (both official) and about 270 African languages and dialects, including pidgin, Fulfulde, and Ewondo.
Literacy: 75%

Ressources naturelles: Oil, timber, hydroelectric power, natural gas, cobalt, nickel.

Produits agricoles : timber, coffee, tea, bananas, cocoa, rubber, palm oil, pineapples, cotton.

Les industries: Petroleum production and refining, aluminum production, food processing, light consumer goods, textiles, lumber, ship repair

Exportations - produits : crude oil and petroleum products, lumber, cocoa beans, aluminum, coffee, and cotton.

Importations - produits : machinery, electrical equipment, transport equipment, fuel, food, cereals, fish.

Partenaires des importations : China 27.9%, Nigeria 13.9%, France 10.9%, Belgium 4.1% (2015)

Official Sites of Cameroon

Presidence de la Republique du Cameroun
The Presidency of the Republic of Cameroon at Unity Palace.

Prime Minister's Office
Official website of the PM and government gateway site.


Missions diplomatiques
Embassy of the Republic of Cameroon
Washington, DC, USA.
Cameroon Embassy
Official Website Embassy of Cameroon in The Hague, Netherlands.
Cameroon Consulate
Sydney, Australia

Statistiques
Institut National de la Statistique du Cameroun
National Institute of Statistics of Cameroon.

Map of Cameroon
Political map of Cameroon.
Administrative Map of Cameroon
Map showing Cameroon's administrative regions.

Google Earth Cameroon
Searchable map and satellite view of Cameroon.
Google Earth Yaounde
Searchable map and satellite view of Cameroon's capital city.

Cameroon News (in French)
Cameroon-Info.Net
Local and international news.
Camerounlink
News portal site.
Cameroon Tribune
State-owned daily.
La Nouvelle Expression
Daily news.
Le Messager
Daily, published in Douala.

English-language News
La poste
Maintenant Up Station Mountain Club, a collective African, Cameroonian blog.

Arts et culture


The National Museum of Yaounde is Cameroon's National Museum, situated in the former palace that was home of many French governors and later the president of Cameroon, the palace was built in the colonial era. The museum exhibits cultural symbols of Cameroon like traditional masks, arms, and musical instruments, as well as contemporary art. - Image: Z. NGNOGUE

The National Museum of Yaounde
UNESCO page about Cameroon's National Museum with its traditional African art collections.

Originaire de
bakwerirama
Spotlight on the Bakweri Society and Culture.
Baka Pygmies
Culture, music and rites of initiation of the hunters and gatherers of the Central African rainforest.

Affaires et économie

Because of its oil resources and favorable agricultural conditions, Cameroon has one of the best-endowed primary commodity economies in sub-Saharan Africa. Still, it faces many serious problems such as stagnant per capita income, a relatively inequitable distribution of income, a top-heavy civil service, endemic corruption, and a generally unfavorable climate for business enterprise.

Banque Centrale des Etats d'Afrique Centrale - BEAC
Central Bank of Cameroon, Chad, Central African Republic, Congo, Equatorial Guinea and Gabon.

IZF.net, le portail de la Zone Franc CFA
Information about business and investment in the Western African countries within the monetary system of the Franc Zone - CFA. (en français)

Chad/Cameroon Development Project
Site about exploitation of oilfields in southern Chad, by a consortium of oil companies (Esso, Petronas and ChevronTexaco), and the building of a 1,070 kilometer (663 miles) underground pipeline to a marine terminal off the coast of Cameroon.


Index of Economic Freedom: Cameroon
Summary about Cameroon's economy by The Heritage Foundation.

Informations aux consommateurs sur les voyages et les circuits

Destination Cameroon - Travel and Tour Guides

Discover Cameroon: 'All of Africa in a single Country' or 'Africa in miniature'.

Mount Cameroon, Dja Faunal Wildlife Reserve, Waza National Park
accommodation, hotels, attractions, festivals, events, tourist boards, tours and much more.

Ministry of Tourism
All of Africa in one country. Discover the cultural heritage of Cameroon.

Cameroon in Brief
by the Cameroon Consulate, Sydney, Australia.

Dja Faunal Reserve
One of the largest and best-protected rainforests in Africa is a UNESCO World Heritage Site. The reserve is especially noted for its biodiversity and a wide variety of primates.

Sangha Trinational
Three contiguous national parks of about 750,000 ha in the north-western Congo Basin, where Cameroon, Central African Republic and Congo meet.

Éducation

ASOY American School of Yaoundé
Founded in 1964 primarily for children of American diplomats but it also serves students from all nationalities and religious groups.

Ecole Nationale Superieur Polytechnique ENSP
National Polytechnic School founded in 1971, Yaounde.

Les universités
University of Douala
The University of Douala is located in Cameroon's largest city.

Environnement & Nature

Centre pour l'Environnement et le Développement -Yaoundé
Site about the center, works on sustainable development, mainly with the rural population of the forest zone.
Limbe Wildlife Centre
Limbe Wildlife Centre (LWC) is a wildlife rescue and rehabilitation project in the South West Region of Cameroon.


Later Bantu Cultures

The Interlacustrine Bantu eventually spread east to modern-day KENYA and TANZANIA and south into the present-day countries of ZIMBABWE, BOTSWANA, MOZAMBIQUE, and parts of SOUTH AFRICA. This movement was very rapid and most likely occurred before 200 B.C. As in the west, Bantu languages scattered widely throughout eastern Africa. After the first eastern expansion ended, East Bantu speakers in southeastern Congo (Kinshasa) and ZAMBIA moved westward and joined with West Bantu speakers. The languages in this area show a mixture of East and West Bantu influences.

The most extensive archeological evidence of Bantu culture in eastern and southern Africa dates from about A.D. 400. By this time, cattle were so important in southern Bantu society that villages were erected around a central pen. In Kenya the first towns built by the SWAHILI—another Bantu people—appeared around 750. Swahili settlements soon dotted the Indian Ocean coast as far south as Mozambique. Around the same time, systems of farming and herding arose in Uganda and RWANDA. These regions featured Bantu settlements with fortified central areas that eventually grew into kingdoms after about 1500.

By A.D. 1000, settlements along the Limpopo River had developed into a town called Mapungabwe—the capital of a Bantu kingdom that controlled much of the surrounding territory. After Mapungabwe declined, it was replaced around 1250 by the kingdom of Great Zimbabwe. This powerful empire flourished for almost 200 years by supplying gold and ivory to Swahili traders from the North. Bantu civilizations continued to dominate south and east Africa politically until European colonial governments displaced them in the 1800s. Today, the Bantu peoples are as diverse as the land they inhabit.

Hundreds of societies in central and southern Africa trace their roots to the Bantu, and about 150 million Africans speak one of nearly 600 Bantu languages. Yet regional differences in environment, livelihood, and history have made each Bantu society and tongue unique. The Bantu languages are so distinct that people who speak one language usually cannot understand their neighbors who speak another. Bantu patterns of social organization, forms of government, and ways of tracing KINSHIP vary widely. (See also Colonialism in Africa, Ethnic Groups and Identity, Livestock Grazing.)


Voir la vidéo: Cameroun Peuple de Dieu: la géographie témoigne!!!